Vous êtes ici

Fête de l'Assomption à Villers

La Procession du 15 août à Villers-Notre-Dame

Groupe d'hommes portant Notre-DameLe suspens aura duré jusqu'au dernier moment !  Le matin de sombres nuages cachaient le ciel, et une pluie battante et continue éteignit les dernières lueurs d'espoir. La procession ne sortira pas. Bien que tout fût préparé dans le jardin de la Maison Damas, les célébrants et les fidèles durent se rabattre sur l'église voisine de Villers-Saint-Amand pour la célébration de l'Eucharistie. Après un mot d'accueil de Monsieur le Doyen Nys, elle fut célébrée avec faste par le Père Johannes Reiber, un jeune prêtre de "L'Oeuvre", nouvellement ordonné, le Père André et le Père Joachim de l'équipe pastorale d'Ath et quelques prêtres et diacres de la Famille spirituelle. La pluie n'empêcha pas les choristes de chanter avec joie sous la direction de Monsieur Jean-Luc Manzi, accompagnés par Monsieur Raphael Hertsens à l'orgue.

La procession ne sortirait donc pas. Après avoir remercié les services de sécurité de la Ville, et au moment de faire savoir à la fanfare qu'elle ne devait pas se déranger, un faible rayon de soleil nous fit changer d'avis. Mais le point décisif était quand même la présence de la statue de Notre-Dame de Fatima qui avait quitté sa chapelle de la chaussée de Mons pour la circonstance. N'avait-elle pas déjà fait un "miracle du soleil" ?  Notre espérance ne fut pas vaine.

Celebration en l'église Saint-Amand

La procession sortit donc, avec une mise en place quelque peu désorientée, puisque tout était maintenant éparpillé. Mais elle se mit en route au son de la fanfare, avec autant de panache que les autres années. Et Notre-Dame de Fatima, toute souriante, pu regarder avec satisfaction les groupes qui la précédaient et qui la suivaient : la croix de procession flanquée de deux gardes suisses, les drapeaux, le char en remerciement pour les fruits de la terre et la Fanfare royale d'Ellezelles. Après cela, le rappel de nos paroisses en refondation : tous les clochers de l'entité, et leurs saints patrons ou protecteurs : saint Amand de Villers, saint Eloi d'Autreppe, saint Quirin d'Houtaing et Notre-Dame au Chêne d'Irchonwelz. Et puis Notre-Dame et l'Ange de Fatima, qui jetaient un œil bienveillant sur les petits bergers en prière. Ce char était suivi de Notre-Dame du Rosaire et de Notre-Dame de Thalbach qui font traditionnellement partie de la procession de Villers. Les Sœurs de la Famille spirituelle "L'Oeuvre", en manteau de chœur, et les "Pèlerins de la Sedes Sapientiae" précédaient et entouraient Notre-Dame de Villers. Le Saint-Sacrement, avec le clergé et les portes-flambeaux s'avança alors sur un tapis de pétales de fleurs jetées par les fillettes habillées de blanc. En fin de procession, un groupe de fidèles reprenaient en cœur la prière et les refrains diffusés par le haut-parleur.

Après la procession, devant le parvis de l'église Notre-Dame, une cinquantaine d'enfants et de jeunes reçurent la bénédiction individuelle des mains de notre Doyen et du nouveau Prêtre.

Benediction des enfantsMarie et Notre-Seigneur sont de nouveau passés dans nos villages, étendant bien au-delà leur bénédiction invisible, mais combien efficace !

 

> > VOIR L'ALBUM PHOTO < <